La fin de l’ERP

Tien Tzuo 

  • Le fondateur et PDG de Zuora.
  • Il était auparavant directeur de la stratégie et directeur du marketing chez Salesforce.com.

Une grande discutions a été entretenue à propos de l’acquisition de SuccessFactors à 3,4 milliards de dollars par SAP, et maintenant Oracle mets 1,9 milliard de dollars pour acheter Taleo, et à titre indicatif, SAP et Oracle ont été félicités pour essayer de soutenir leurs offres de Cloud avec ces mouvements.


Mais, dans quelques années, je me demande si ça vaut vraiment le coup. Parce que, ce que SAP et Oracle essayent d’obtenir avec le temps, en offrant leurs services via le Cloud , s’avère trop tard. Pourquoi? Parce que, l’ERP - logiciels de planification des ressources – est sur son lit de mort.
Et c’est vrai. Les jours de l’ERP sont comptés. Et c’est à cause d’un changement fondamental qui se déroule sur la façon dont les gens consomment des produits et des services et qui est entraînés par la croissance massive du Cloud lui-même.


Je me réfère à l’évolution que nous vivons loin d’un 20eme siècle basé sur le produit «acheté une fois » à l’économie d’un siècle – le 21 – axé sur les services “Economie d’abonnement” et centré autour des relations client récurrents.
Pensez-y: il ya une très grande chance que vous êtes l’un du nombre explosant des consommateurs qui désormais accèdent à leur musique via un abonnement, comme Pandora ou Spotify.

Peut-être vous êtes l’un des nombreuses personnes qui ont cessé de louer des DVD en faveur du streaming de vos films sur Netflix. Où, vous pourriez être l’un des nombre croissant de consommateurs qui ont évité la possession d’une voiture pour accéder à une via un abonnement avec Zipcar. Ou, peut-être vous êtes l’un de la liste croissante des entreprises qui votent «non» à l’achat de matériel et de logiciel et sont plutôt pour l’utilisation des applications et des calculs puissant servis à partir du Cloud. Comme une économie et une culture, nous nous dirigeons rapidement loin de posséder des biens matériels et, au lieu, Préférant devenir membres des services qui nous fournissent des expériences, telles que l’écoute d’une chanson, l’utilisation d’une voiture, regarder un film ou collaborer avec notre collègues.


Bien sûr, cette transformation culturelle a de profondes implications sur les modèles d’affaires. Pourquoi? Le succès n’est plus mesuré en comptant le nombre d’unités de votre produit que vous avez vendus. Plutôt, le succès est la mesure de combien de clients utilisent votre service sur une base récurrente et dans quelle mesure vous monétisez ces relations récurrentes.
Aujourd’hui, l’économie d’abonnement alimente des changements massifs dans les communications, les médias, la technologie, les services aux consommateurs et d’autres industries de milliards de dollars qui embrassent les revenus des modèles d’abonnement. En plus ci-dessus, les noms des entreprises innovantes qui ont adopté des modèles d’affaires de souscription pour transformer fondamentalement leurs industries : Salesforce.com, Box, Tata, VNU Media et Zendesk.


Mais ce n’est pas seulement les arrivistes du domaine qui mettent à profit le modèle d’abonnement. Un meilleur indicateur de ce changement est que des entreprises de produits traditionnels tels que Dell sont en compétition pour se réinventer autour des services. Dell a reconnu que la vente à faible marge matériel était tout simplement beaucoup moins lucrative que l’offre de services. En conséquence, Dell a acquis les sociétés de services et a recentré ses efforts autour de : « la tarification de nos produits basés sur la valeur plutôt que basées sur le coût » selon Michael Dell. Et cela fonctionne. Dans un récent appel Q3 bénéfice, Michael Dell a déclaré: «C’est une nouvelle Dell… au Q3, nos solutions d’entreprise et d’affaires des services a progressé de 8% à un niveau de record de 4,7 milliards.”
Dell est juste l’un des titans de l’industrie qui sont passés à un service basé sur ce modèle. Selon un rapport récent du Gartner Group « d’ici 2015, 35% des entreprises du Global 2000 qui ont des produits numériques non-médias vont générer des revenus supplémentaires de 5% à 10% par l’utilisation de l’abonnement basés sur les services et les modèles de revenus. ».

 

Source : The End Of ERP

 

Posted in TREASURE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*


*

HTML tags are not allowed.